NAVIGATION
...
...

Partagez | 
 

 [Roz/Beryla/Armin] Au commencement était... la Brûlure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 29
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Spitalier
Rang: Préserviste
Résumé:
avatar
FEVRIER 2097

Armin traversait les rues de Justicienne grouillantes de vie d’un pas déterminé. Il ne prenait pas la peine d’éviter les badauds. Ceux qui ne déviaient pas de leur trajectoire percutaient son épaule ou ses bras sans qu’il en soit déstabilisé le moins du monde. Non pas qu’il partait du principe que la ville lui appartenait, juste qu’il estimait lui avoir assez donné de lui pour en obtenir un peu de respect. Cela concernait tout être vivant ici. Après tout, s’ils étaient là, vaquant à leurs petites occupations, n’était-ce pas grâce à lui et les siens ?
Les haut-parleurs grésillèrent puis une voix métallique envahit les rues. Les Chroniqueurs devaient avoir un message à faire passer mais il n’en tint pas compte. Dans leur dos, le Technocentre s’élevait dans l’air frais matinal, sur la ville haute, au-delà des ascenseurs de fer, brillant de mille feux sous les rayons d’un soleil glacial. Armin resserra son lourd manteau pour lutter contre les frimas de l’hiver.
Il n’accordait pas même d’attention à Roz qui devait marcher dans ses pas. C’était une jeune Famulancière qui ne brillait pas par son CV mais qui avait eu le mérite de venir se frotter à l’exigence et au travail des Préservistes. C’était assez courageux. Pour embrasser une telle carrière il faut être déterminé. Ou complètement fou. Elle avait surement un peu des deux.
Il ne s’en plaignait pas en tous cas. Elle était disciplinée, peu envahissante et n’avait pas fait de commentaires sur ses habitudes. Il se doutait que les questions viendraient plus tard. Il lui restait à déterminer si elle était là pour rapporter en haut lieux ses moindres faits et gestes (se pourrait-il que sa dépendance affecte à ce point son comportement ?) ou juste un soutien dans ses obligations les plus élémentaires.
Dans la poche avant de sa veste, il conservait l’ordre de mission qu’elle avait amené avec elle en venant de Spital. Quelque chose clochait à la Forteresse Hellvétique et les Spitaliers présents demandaient des renforts des Préservistes. Il leur faudrait se rendre à la Forteresse d’Arnsberg d'abord où ils trouveraient quelques soldats prêts à se joindre à leur périple mais avant ça, il lui fallait prendre quelques dispositions avant son départ.
Ils débouchèrent enfin sur les berges de ce qui fut autrefois un port de plaisance. Aujourd’hui le fleuve était complètement asséché et si ce n’était cet immense navire échoué, rien n’aurait laissé penser que cette vaste esplanade au cœur même de Justicienne avait été sous les eaux.
Le bâtiment était assoupi à cette heure matinale.
La nuit, il palpitait de vie, celle des vices, des perdus, et des assoiffés, riches et pauvres se mêlant dans la débauche. Chaque étage du bateau était consacré à une activité spécifique : les jeux, la prostitution, la contrebande… tout ceci tenu d’une main de fer par les Apocalyptiques. Leur Nid abritait une des Nuées les plus grandes et les plus influentes de Borca.
Armin s’arrêta.
Il se tourna vers Roz, s’apprêtant à lui donner quelques explications mais aucune satisfaisante ne venait. Si elle avait côtoyé les Préservistes, elle savait très bien ce qu’il venait faire ici. Seuls les Apocalyptiques pouvaient lui fournir la Brûlure. Il était assuré qu’elle serait de qualité, ils en faisaient un point d’honneur. Business is Business. Ils n’avaient aucun intérêt à flouer un Préserviste, ces Spitaliers là étaient une clientèle régulière après tout.
Béryla, elle s’appelait. Il s’en souvenait maintenant. Il n’aurait su dire pourquoi, la plupart du temps il ne retenait pas les prénoms. Elle était l’intermédiaire. C’était elle la pourvoyeuse. Hier soir, elle avait tenu à ce qu’ils ne fassent leur échange qu’au petit matin. Ce n’était certainement pas dans les habitudes d’un Apocalyptique mais il s’en fichait. Soir… matin… qu’importe.
Elle avait même promis de lui faire un prix. Les promesses de ce genre d’oiseaux étant ce qu’elles étaient, il avait quand même pris assez de lettres de change (HJ : Monnaie d’Europe).
Armin observa les alentours. Aucune silhouette en vue. Il leur faudrait attendre. Ses yeux se posèrent alors sur son acolyte.

- Nous devrons encore passer par l’hôpital avant le départ. Le voyage risque d’être compliqué, il faudra qu’on s’équipe. Tu es déjà allée chez les Hellvétiques  ?

Il ne s’était pas vraiment intéressé à elle depuis son arrivée. Elle avait pourtant fait le voyage pour travailler avec lui expressément. Sur ordre, certes, mais ca ne l’empêchait pas de se montrer poli, non ?

- Tu es de Borca ? ajouta-t-il
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 28
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Spitalier
Rang: Famulancier
Résumé:
avatar
Spitalier
Spitalier
Roz secoua la tête. Le pompon ornant l'extrémité de son bonnet long se balança alors mollement. Rayé rouge et blanc, elle avait un air de lutin mais sans le sourire farceur, et la taille réduite.

Je viens de Spital, et j'ai jamais été ailleurs jusque là. Aussi longtemps.

Elle l'avait suivi dans la foule, marchant dans ses pas. Pas trop près. Pas trop loin. Jetant des regards méfiants aux badauds. La première fois qu'un promeneur inattentif avait percuté Armin, elle s'était crispée, croyant à une attaque, et prête à abaisser son arme. Aucune réaction à par des excuses bafouillées dont elle doute qu'elles aient été entendues par Armin. Elle avait grimacé, jeté un regard noir à l'imprudent et accéléré pour rattraper le Préserviste déjà loin.

Il lui tardait de repartir, mais elle ne dit rien. Elle n'aimait pas cette ville. Elle n'aimait pas non plus Spital. Elle aimait le vide, celui où l'on peut s'entendre respirer.

Armin avait raison, elle avait compris ce qu'ils faisaient ici. Elle se demandait si elle pourrait y échapper. Si elle le voulait.


C'est comment d'être avec un apocalyptique ?

Elle posait la question comme si elle demandait combien de grammes de Dézinf il fallait dissoudre dans une gourde conventionnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 33
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Apocalyptique
Rang: Epervier
Résumé:
avatar
Apocalyptique
Apocalyptique
Dissimulée à l’intérieur du bateau, Beryla observait depuis un petit bout de temps l'arrivée des 2 spitaliers. Elle avait reconnu de suite la silhouette de son client du soir précédent. Une carrure impressionnante...qui lui donnait inexorablement envie de l'affronter, histoire de voir de quoi elle était capable. Un petit sourire glissa sur ses lèvres à cette idée. Pour sur, elle se ferait défoncer, elle en avait bien conscience...mais qu'en même, ca la titillait.

Par contre, elle n'avait pas prévu qu'il serait accompagné. Bizarre l'acolyte d'ailleurs. Lui aussi, elle se voyait bien le secouer comme un prunier, pour voir ce qui en tomberait...Mais bon, fallait qu'elle ne se laisse pas emporter par son tempérament. Elle avait une mission à mener à bien, et cet objectif était prioritaire.

Au moment même où le lutin répondait, Beryla se mit en avant pour se dévoiler à leur regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 29
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Spitalier
Rang: Préserviste
Résumé:
avatar
Par habitude plus que par nécessité, Armin jeta un dernier coup d’œil méfiant alentour. Justicienne avait au moins le mérite d’être sûr, enfin… autant que faire se peut. Toutefois il restait circonspect à l’égard des Apocalyptiques et que Roz lui pose cette question lui arracha un petit rire sec.

- C’est assez plaisant, répondit-il, quand ils ne vous mettent pas un couteau sous la gorge, ne vous trainent pas à l’arrière de leur moto ou s’arrangent pour vous soulager de votre argent ou de quelques informations.

Armin disait cela sans animosité aucune. Il partait du principe que chacun survivait comme il pouvait et qu’il n’avait pas en juger. Lui, il était là pour préserver l’humanité, qu’importe qu’elle ne le mérite pas toujours.
Ses yeux n’avaient toujours pas repérer Beryla aussi continua-t-il sur sa lancée.

- Ils disent qu’il faut profiter de la vie avant sa fin dans tout ce qu’elle peut nous offrir. Des chantres de la Luxure mais… il dodelina de la tête, ils connaissent bien leur sujet. Certains sont même d’honnêtes commerçants.

Il se retourne face à l’Epave et vit Beryla à cet instant. Elle n’avait pas jugé utile d’intervenir elle-même visiblement. Si elle avait pu se sentir vexée par ce qu’il avait dit, il n’y accordait définitivement aucune importance.
Armin croisa ses mains gantées devant lui et sourit poliment à la jeune femme.

- Bien le bonjour. Si vous avez ma commande, je ne devrais pas vous prendre trop de temps.

Bien que Roz se tienne à ses côtés, il ne jugea pas utile de la présenter. Il n’était même pas certain que « Beryla » ne soit pas un nom d’emprunt de toutes manières. Des Jades, des Ambres, des Ruby… ou des Beryla, il devait y en avoir autant qu’un Anabaptiste peut en bénir.

- Sommes-nous toujours d’accord sur le prix ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 33
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Apocalyptique
Rang: Epervier
Résumé:
avatar
Apocalyptique
Apocalyptique
Honnêtes commerçants qu'il avait dit...t'en foutrait, moi, des honnêtes commerçants, pensait la guerrière en entendant la fin de la conversation des spitaliers....néanmoins, elle prit sur elle et ne laissa rien paraître de l'énervement qui l'avait gagné. Mieux même, elle esquissa un sourire en répondant.

- Pour le prix, ya pas à dire, vous êtes un sacré veinard. Ca va être gratuit, juste un petit service à me rendre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 28
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Spitalier
Rang: Famulancier
Résumé:
avatar
Spitalier
Spitalier
Les lames extérieures du Dilacérateur eurent un petit sursaut quand l'Apocalyptique sortit de nulle part. Roz se fustigea de ne pas l'avoir vue venir, et de sa presque réaction disproportionnée. Il fallait qu'elle se détende. Juste assez pour ne pas commettre un malheureux impair qui contrarierait son supérieur et la renverrait à une routine de corvées aux portes de l'Appendix.

N'ayant visiblement aucune intention de prendre part à la conversation, elle s'appliqua plutôt à détailler la jeune femme. Elle eut un inévitable rictus de dégout à la vue des tatouages. Pourquoi enlaidir ainsi sa peau, cet organe si incroyable ? Elle détourna les yeux, et son regard se posa sur le navire échoué à jamais.

Que dirait son mollusk si elle s'approchait ? Combien seraient en euphorie ? Un de ses professeurs lui avait un jour que dans toute ville qui se respecte, il y a toujours un endroit comme ça, fleurtant avec les limites. Les Spitaliers avaient beau les déloger, les interdire, il y en a avait le double qui ouvraient ailleurs, alors autant en autoriser un seul et le garder à l’œil.

Roz finit par baisser la tête et regarda ses pieds. Eux au moins ils étaient propres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 29
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Spitalier
Rang: Préserviste
Résumé:
avatar
Armin aurait sans doute partagé l’opinion de Roz si les Apocalyptiques n’étaient pas aussi nécessaire à la société humaine que n’importe quel culte. Borca restait encore préservée de l’influence des Psychonautes pour l’instant, alors se montrer peu regardant sur les magouilles de ces oiseaux de mauvais augure était un moindre mal. Qui plus est, les Juges étaient seuls responsables à Justicienne. Les Spitaliers, eux, se contentaient d’observer et de gérer l’Hôpital ce qui, en soit, représentait déjà un travail considérable.
Il détourna légèrement les yeux vers Roz lorsqu’il entendit le dilacérateur cliqueter. Elle avait du reflexe et n’était pas manche visiblement. C’était un bon point pour elle. Ses compétences pourraient bien être mise à l’épreuve plus vite qu’elle ne le pensait mais contre une menace bien moins éduquée que la donzelle qui venait d’apparaître et lui roulait des yeux faussement amicaux.
Il se rapprocha de son acolyte pour prévenir toute réaction un peu nerveuse et répondit calmement à la jeune femme.

- Gratuit ? Serait-ce mon jour de chance ?

Il n’en croyait rien bien sûr. Les Apocalyptiques ne faisaient jamais rien gratuitement. Si elle se montrait aussi généreuse, c’est qu’elle avait un service bien plus grand à lui demander en retour que ce qu’elle annonçait.

- Je t’écoute, dit-il.

Mais il savait aussi à quoi s’en tenir et n’était pas né de la dernière pluie.

- Mais je me réserve le droit de refuser.

En avait-il seulement les moyens ? Techniquement, oui. Restait à savoir si son corps tiendrait mais il était hors de question qu’il passe pour un vulgaire lépros en manque. Il n’en était pas encore à ce stade. Pas encore, non. Qui plus est, il avait une responsabilité vis-à-vis de Roz, tant protectrice qu’éducative.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 33
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Apocalyptique
Rang: Epervier
Résumé:
avatar
Apocalyptique
Apocalyptique
Hou..nerveuse la petite...fallait peut être pas se fier à son allure..l'avait le dilacérateur sensible ....

Beryla emmagasina l'info, puis se mit à répondre au spitalier de sa voix la plus entraînante.

- refuser, quoi, j'ai bien entendu...mais quand tu connaîtra ce que je te demande, je suis sûre que tu auras des difficultés pour te retenir de m'enlacer et de me baiser le front de reconnaissance

Elle porta ensuite sa main à la besace qui cinglait son buste et en retira la cause de leur rencontre. Le paquet de dope bien en vue sur sa paume, elle avança sa main pour s'arrêter à quelques centimètres du visage de l'homme.

- Yen a pas de meilleure dans toute la ville, je peux te l'assurer..je m'en suis personnellement occupé

Son regard plongea dans celui du spitalier.

- Suis certaine que du ressens déjà son attrait, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 28
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Spitalier
Rang: Famulancier
Résumé:
avatar
Spitalier
Spitalier
Toujours la tête baissée, Roz leva les yeux vers le couple. Et ce fut plus fort qu'elle.

Ah.. ah ah... Ah ah ah !

Elle rit. Pas un fou rire. Un rire clair, presque communicatif, s'il ne se trainait pas aussi longtemps.

Recule. Reste à ta place.

Avertissement lancé sans surprise à l'Apocalyptique, avec une fin de sourire tandis qu'elle corrigeait son empoigne sur le manche des 3 lames.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 33
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Apocalyptique
Rang: Epervier
Résumé:
avatar
Apocalyptique
Apocalyptique
La réaction du lutin l'interpelle mais Beryla ne bouge pas d'un pouce , tout juste réaffirme-t-elle la souplesse de ses poignets et le poids rassurant de ses bracelets. Elle continue de regarder sans sourciller le spitalier

- mais cest qui, ça...ta mère ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 29
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Spitalier
Rang: Préserviste
Résumé:
avatar
Armin ferma les yeux et pressa les paupières entre son index et son pouce. Bon sang ! Il allait se retrouver avec un règlement de compte pour cause de nervosité excessive et de provocation inconsidérée entre les deux.
Au-delà du fait que ca n’arrangeait pas ses affaires, il se promit de faire un petit cours en accéléré à Roz, notamment sur l’utilité de certains oiseaux dans l’écologie Borcanne. C’est important l’écosystème. Il faut le préserver.
L’homme inspira profondément et ouvrit une main à l’adresse de Béryla.

- C’est mon associée pour ta gouverne. Ma mère n’est plus de ce monde, paix à son âme. Maintenant si tu veux bien en venir au fait, j’ai autre chose à faire. Tu n’es pas la seule revendeuse de Brûlure dans le coin et tu le sais aussi bien que moi.

Ses mots ne cherchaient pas à provoquer la jeune femme aussi il fit le dos rond pour revenir à de meilleurs sentiments.

- Nous sommes attendus loin d’ici. Il va nous falloir partir rapidement et j’aimerais qu’on boucle cette affaire sans effusion de sang. Autant que possible.

Armin se rapprocha de Roz. Avec douceur il posa une main sur son épaule, tâche plutôt aisée quand on fait sa taille, et lui accorda un bref sourire de soutien. Il comprenait parfaitement ses réticences mais il y avait bien plus dangereux comme ennemi dans ses rues qu’une Epervier.
D’une voix claire et calme il lui murmura

- Garde tes forces pour la route. Je doute que notre voyage jusqu’à la forteresse se passe sans encombres. Nous devrons traverser les territoires des Claners…

Et Roz verrait de ses yeux à quel point les Oiseaux étaient plus appréciables que les Cafards. Sisi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 33
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Apocalyptique
Rang: Epervier
Résumé:
avatar
Apocalyptique
Apocalyptique
- Et bien voila, de bien belles paroles, spitalier....et qui me remplissent de joie. Pour sur, tu es l'homme dont j'ai besoin

Et dont il faudra peut être me méfier également, pense aussi la jeune femme...sans parler du nabot d'ailleurs. Mais rien ne transpire de son visage quand elle continue ....

- En effet, ami spitalier, ma requête est fort simple et tu n'auras aucune effort à faire pour l'accepter. je souhaite juste vous accompagner dans votre périple...j'ai quelques affaires à régler à la forteresse, et je me suis dit qu'y aller en ta compagnie serait plus sage.

Elle prend alors la main de l'homme et y dépose le paquet.

- Alors, marché conclus ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 28
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Spitalier
Rang: Famulancier
Résumé:
avatar
Spitalier
Spitalier
Docilement, Roz acquiesça et desserra les doigts. On lui avait tellement reproché de ne pas prendre d'initiative, de réagir que quand était déjà trop tard, qu'elle préférait aujourd'hui prendre le risque d'être excessive.

"Il vaut mieux prendre des mauvaises décisions que ne pas en prendre du tout."
Un de ses mantras personnels qu'elle se répétait sans cesse.

Mais il n'y avait pas que ça. L'Apocaylptique l'irritait, est-ce seulement le comportement typique de ce culte ou elle particulièrement ? Il était trop tôt pour le dire.

Elle pivota, leur offrant son profil sans un mot, pour les laisser conclure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 29
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Spitalier
Rang: Préserviste
Résumé:
avatar
[HJ : Désolé de ma réponse tardive mais je voulais laisser le temps à Libertalia de regarder les soucis de post de Roz.]

Armin trouva la requête bien légère en guise de paiement. Et par habitude il savait qu’il devait se méfier des Apocalyptiques qui avaient un avantage : celui de la constance. Constance dans la ruse, la truande et les marchés douteux.
Le spitalier jeta un coup d’œil interrogateur à son acolyte puis reprit la parole.

- Juste un voyage ? En notre compagnie ?

Il ne prit pas tout de suite le paquet qu’elle lui donnait. Il ne voulait pas qu’elle se méprenne sur ses actes et qu’elle pense qu’il puisse se montrer impatient.
D’ailleurs, pour être sur qu’elle sache à quoi s’en tenir, il se tourna vers Roz pour lui demander de se charger de la commande pour lui.

- J’espère que tu sais à quel point les spitaliers n’ont pas la réputation d’être amusants. Ton voyage pourrait bien s’avérer plus ennuyeux que tu ne le voudrais, mais si ca te va… ma foi…

Il haussa les épaules. Elle voulait venir ? Grand bien lui fasse. Il se demanda toutefois comment les oiseaux avaient pu être informés de son départ alors que lui-même n’en avait rien su avant l’arrivée de Roz. Mais à l’instar des Chroniqueurs, ils avaient des oreilles partout.

- Si tu n’as rien de plus, nous devons nous préparer. Nous irons à cheval.

Comme tout spitalier qui se respecte, Roz et lui-même disposait d’une monture. A Beryla de s’arrangeait pour en trouver une, hors de question qu’il la traine sur son canasson à moins d’y être contraint. Cela impliquerait de lui tourner le dos.

- Nous partons d’ici deux heures. Nous te retrouverons aux portes sud de la ville, sur la route de Spital.

Et à moins que Beryla ait quoi que ce soit d’autres à ajouter, il ferait demi-tour en direction de l’hôpital pour terminer d’empaqueter ses affaires.
Sur le chemin, Roz aura tout loisir de lui poser des questions si elle le souhaite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 33
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Apocalyptique
Rang: Epervier
Résumé:
avatar
Apocalyptique
Apocalyptique
HJ:  pas de pb pour le délai..on est pas aux pièces Very Happy . J'en profite d'ailleurs pour prévenir que je pourrais avoir des difficultés pour me connecter la semaine prochaine,, la petite station où je serais n’étant pas au top du wifi Embarassed

Et bien, pensa Beryla, voici une affaire rondement menée.....en route pour le grand voyage. A vrai dire, ce n'était pas vraiment un enchantement pour la guerrière, se coltiner les 2 zigotos n'allait pas être une partie de plaisir...aussi joyeux qu'une tombe les spitaliers, sans parler du gnome qui l'irritait on ne peut plus...

Va falloir te contrôler un max, pensa-t-elle...mais bon, à l'idée des pointes qu'elle allait faire, du vent qui allait lui lécher la peau, des vibrations entre ses jambes, un semblant d’excitation réussit à la sortir de sa semi-déprime.

- Ouai, c'est ça, lança-t-elle aux 2 silhouettes qui s'éloignaient, à dans deux heures à la porte sud !. Et surtout, n'oubliez pas de mettre des bouchons d'oreilles à vos montures, ca va ronronner grave, rajouta-t-elle en catimini....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 28
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Spitalier
Rang: Famulancier
Résumé:
avatar
Spitalier
Spitalier
Roz avait récupéré délicatement le paquet et l'avait glissé tout doucement dans une de ses poches, sans jeter un regard à l'apocalyptique, sans un mot.

Quand cette dernière eut disparu derrière eux, elle s'autorisa un soupir. Mais eu lieu de commenter "l'échange", elle préféra s'intéresser à l'avenir.


A qui d'autres, ou à quoi, dois-je me préparer pour cette mission ?

Roz s’astreignait à être pragmatique. C'est ce qui lui permettrait de survivre, une leçon maintes et maintes fois répétées lors de sa formation, douloureusement acquise même. Elle repensa à sa jambe et elle lui fit aussitôt mal. elle en eut le souffle coupé mais se retint de boiter.

Elle était guérie, physiquement. Le reste... n'était pas très important pour les Spitaliers.

Comme la réponse du Préserviste ne venait pas, ou du moins pas assez vite pour elle, elle ajouta :


Je ne veux pas être un poids.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 29
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Spitalier
Rang: Préserviste
Résumé:
avatar
Les provocations de l’oisillon le laissèrent de marbre. Il en avait pris son parti. Ce genre de fanfaronnades étaient l’apanage de beaucoup d’Apocalyptiques, il n’en tenait absolument pas compte.
Les rues commençaient à grouiller maintenant que le soleil hivernal avait empli le ciel. Armin espérait secrètement qu’ils ne rencontreraient pas la neige trop tôt, cela les ralentiraient. Déjà qu’il leur faudrait multiplier les escales pour s’assurer qu’elles mangent assez. Les nuits étaient glaciales.
Perdu dans ses pensées il n’entendit pas les paroles de Roz et elle du répéter.

- Un poids ? Pourquoi t’as l’intention d’en être un ? lui retourna-t-il avec le sourire.

Les spitaliers ne s’embarrassaient jamais de poids inutiles. Ils s’exposaient trop régulièrement à la Septie pour prendre ce risque. Et quand bien même, la recrue qui ne savait pas se prendre en charge le payait alors le prix fort. La mort obtenait son du. Ni plus ni moins.
Il lui était arrivé de travailler avec quelques Anabaptistes. Ceux-là étaient de vraies têtes brûlées qui pensaient que leur Foi les protégeait de tout. Les imbéciles ! Il les évitait quand il pouvait. Il ne les aimait pas beaucoup même s’il devait reconnaître que c’est grâce à eux et leurs compétences agricoles que certains villages pouvaient survivre.

- Tu es famulancière. Tu en as vu d’autres. Si tu as bien lu tes leçons, alors tu as une petite idée des dangers qui nous guettent en dehors des murs de cette ville, non ?

Armin bifurqua dans une ruelle qui leur offrait un raccourci jusqu’à l’hôpital où ils résidaient. Ses affaires étaient déjà prêtes, il n’aurait qu’à s’occuper de quelques détails de dernière minute.

- On va suivre la route qui va nous mener à Spital puis à l’ouest de la Forteresse d’Arnsberg. Ce trajet-là est sur normalement. Les Ferrailleurs le balisent depuis longtemps. Après…

Il leva les yeux pour se faire une rapide idée de l’heure matinale.

- Après on va traverser le poumon noir et le territoire des clans. Nous longerons les terres des Cafards. Je pense bifurquer à proximité des ruines d’Exalt pour plus de sureté. Ensuite nous rejoindrons les territoires de Pneumanciens, des alliés, et nous ferons une plus longue escale à Nulpellia.

Armin ralentit son pas pour se mettre à portée de Roz. Il garda quelques instants de silence et haussa les épaules.

- Après nous sortirons du territoire du Protectorat. Nous n’aurons fait que la moitié du chemin. Je ne sais pas ce qui nous attendra, nous verrons. La Forteresse n’est pas si proche en cette saison. Nous devons parcourir environ...

Il réfléchit. Il n’était pas très doué pour le calcul des distances.

- 600 kilomètres ? Peut-être un peu plus !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 33
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Apocalyptique
Rang: Epervier
Résumé:
avatar
Apocalyptique
Apocalyptique
HJ: pour moi, c'est bon , beryla n'a rien d'autres à rajouter ici. J'attends l'ouverture du prochain sujet sur le départ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 28
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Spitalier
Rang: Famulancier
Résumé:
avatar
Spitalier
Spitalier
Non. Elle n'en avait pas vu beaucoup d'autres, et non elle n'avait pas vraiment d'idées sur ce qui l'attendait. Il n'avait pas du lire son dossier. Ou plutôt on avait surement choisit de ne pas trop lui en dire afin qu'il ne refuse pas sa compagnie.

Aussi la Spitalière acquiesça sans rien dire, et se concentra sur ses pieds jusqu'à l’Hôpital.

Il était trop tard pour reculer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 456
Points d'XP : 135

Personnage
Culte: Juge
Rang: Fambulicier
Résumé:
avatar
MJ
MJ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.d3genesis.com
 
[Roz/Beryla/Armin] Au commencement était... la Brûlure
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il était une fois... Carrefour!
» je croyais que c'était terminer...
» Ce n'était pas le moment de me déranger ! || PV Ginny Weasley
» Le moment était mal choisi [PV Robin-Edward]
» Il était une fois Sophie la girafe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D3GENESIS :: TERRA D3GENESIS :: Justicienne-