NAVIGATION
...
...

Partagez | 
 

 [Tran Kil/Libertalia] And so, it begins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 42
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Chroniqueur
Rang: Agent
Résumé:
avatar
Chroniqueur
Chroniqueur
2 FÉVRIER 2097

*Interface vocale engagée*
*Veuillez énoncer votre requête*


– Listing des Ferrailleurs de Justicienne.

*Chargement des données*

Même si le Culte des Ferrailleurs avait fourni du matériel de pointe compte tenu de l'époque, il n'en demeurait pas moins que sans mouvement, Libertalia restait totalement aveugle. Parfois, certaines ondes s'échappaient de certains matériaux comme le fer ou le cuivre. Elle pouvait ainsi anticiper la venue de quelqu'un à la caractéristique particulièrement de ses pas. Aveugle, mais pas tant que ça. Les ordinateurs, eux, lui procuraient des ondes plus polluantes qu'utiles. Dans son masque, elle parvenait à déceler les limites de l'écran et son scintillement plus ou moins important. En gros, elle possédait un rectangle plus ou moins lumineux en travers de la vue, ce qui n'était pas pour l'aider plus que ça, au final. Heureusement, elle n'y passait pas sa vie et à Justicienne, elle bénéficiait de suffisamment de mouvements pour assouvir sa curiosité de perception.

L'ordinateur énonça plusieurs noms et Libby les passait en revue d'un "suivant" articulé jusqu'à trouver celui qui l'intéresserait. Et par intérêt, elle entendait, celui qui correspondrait le mieux à sa mission du jour. Une mission qui l'enverrait au-delà des murs du Technocentre, et même de Justicienne. De quoi faire battre son maigre petit coeur.

Quand le niveau d'expérience estimé du Ferrailleur lui fut satisfaisant, elle ordonna plus d'informations comme des états de faits et le lieu où le trouver. Elle téléchargea les informations dans son cerveau et abandonna l'ordinateur pour retrouver le quartier des Ferrailleurs.

Son masque vissé sur son visage, elle ajusta sa cape mi-tissu mi-cuir afin de la protéger d'éventuels chocs électriques et de l'isoler. Ses bottes raisonnaient sur le sol de tole. Impatience même de se lancer, elle allongea le pas, sa capuche se gonflant à l'air à l'arrière de sa tête. Et une fois à destination, elle toqua à la porte, des ondes bleutées dansant devant ses yeux.

Vivre si longtemps chez les Chroniqueurs et isolée de tout contexte de "proximité sociale", Libby s'annonça de sa singulière manière, avec une voix grave et métallique :

– Blaireau Tran Kil. Agent Libertalia, vous avez été réquisitionné pour la quête d'un artefact à la Forteresse Hellvétique. Veuillez préparer votre packtage. Nous partons dans 6 minutes et 26 secondes.

...

– 24 secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sunsetkindaorange.com
Messages : 8
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Ferrailleur
Rang: Blaireau
Résumé:
Ferrailleur
Ferrailleur
L’écho des coups sur la porte, me fait sortir de ma torpeur.

J’étais concentrer à bidouiller quelques pièces sur mon atelier, que les autres préfèrent appeler mon foutoir. Afin n’empêche, ils sont bien content de venir me trouver quand leurs bidules ne marchent plus.

Bref revenons en à mon visiteur, après les coups sur la porte viennent les présentations. Libertalia, son nom me bien quelques choses, c’est un chroniqueur. Ni oui, ni merde, qu’il commence à me donner des ordres, il va me plaire encore celui là. Ils leur ont pas appris la politesse chez eux, chais bien que les ferrailleurs sont pas des exemples mais bon.

Je vais donc ouvrir la lourde pour me retrouver face à … . Et je dois avoir eu du mal à cacher mon étonnement, je m’attendais pas trop à cela. Ils m’ont envoyé Casper le fantôme, j’ai comme le pressentiment que l’on va pas s’amuser des masses.

De toute façon cela me donne l’excuse de me tirer un peu de Justicienne, ça c’est cool. Je commençais à tourner en rond comme un clebs. Bon quand j’ai compris que c’était pour aller à la forteresse helvétique, j’ai caché ma joie. Il y a des fois ou tu te demandes, je vais faire le voyage avec Casper pour aller chez les helvétiques les gars les plus chiants de la terre, d’ici là qu’ils essayent de me recruter ces cons là !

En réponse à sa charmante invitation, je lui lance donc un « BONJOUR » bien appuyer.
- je prépare mon bordel et j’arrive.

Je ramasse quelques affaires qui trainent, mes outils je balance le tout dans la charrette. Ma merveille et mon broyeur, ‘fin ça je les prends au cas où, c’est Bidouille qui me les a donné. Tu parles je m’en sers jamais vu que j’ai plus vite fait de battre les margoulins à la course qu’à la castagne chuis pas maso.

Qu’est-ce qui me manque ? un rapide coup d’œil, non rien ! Ben aller ma pelure et en route.
- je vous laisse passer devant ? Apparemment vous avez l'air pressé ... J'imagine que l'on aura le temps de faire le point sur les détails pendant le voyage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 42
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Chroniqueur
Rang: Agent
Résumé:
avatar
Chroniqueur
Chroniqueur
Le bonjour sonore lui fit l'effet de quelqu'un qui lui postillonne sur le masque. Aussi, Libby recula la tête en s'attendant à ce que les ondes se brouillent et endommagent sa "vision". Mais il n'en fut rien. Le Ferrailleur était sûrement juste de très bonne humeur et le faisait partager à qui veut. Libby, elle, n'en ressentit qu'un grand néant. Un trou noir. L'absence même de toute réaction envisageable. Elle attendit, sagement que le Ferrailleur prépare... Son "bordel". Et il bougeait beaucoup, ce qui lui permit d'estimer à peu près sa corpulence, sa taille, mais aussi sa possible rapidité et son agilité. Des facteurs importants pour traverser Borca.

Etait-elle pressée ou avait-elle hâte ? A nouveau sa voix grave et éraillée retentit sur la passerelle.

– Je réponds aux ordres. Et ceux-ci étaient de trouver un Ferrailleur pour m'accompagner jusqu'à la Forteresse récupérer un artefact d'une grande valeur. Nous devons également récupérer deux Spitaliers à l'hôpital de Justicienne avant de partir.

Il utilisa un bref temps pour reconsidérer leur mission avant d'ajouter :

– Pouvons-nous y aller, maintenant ?

Plus que la hâte, l'empressement et le devoir... Libertalia était curieuse de savoir ce que le Chroniqueur avait trouvé et pourquoi n'avait-il pas pu rentrer avec. Peut-être était-ce trop gros. Trop lourd. Une unité de commandement ? Un parc d'unités centrales ? Des frissons électriques dus à l'excitation se répandirent jusque dans le bas de son dos et un filet de sourire, rendu invisible derrière son masque, étira le coin d'une lèvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sunsetkindaorange.com
Messages : 8
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Ferrailleur
Rang: Blaireau
Résumé:
Ferrailleur
Ferrailleur
-allez en route alors.


Qui dit se rendre à la forteresse, dit bien comme  je m’en doutais de se coltiner les hospitaliers. Mes craintes se confirment donc,  mes compagnons de voyage ne vont pas être des plus marrants.

Nous nous mettons en route vers l’hôpital, si j’ai bien tout compris, en même temps je le suis sans trop réfléchir. De toute façon j’imagine que tout est déjà prévu pour nous cela m’évitera de me poser des questions, très bien !

J’essaye d’observer Libertalia, mais j’avoue ne pas trop savoir quoi en penser. Bizarre ces chroniqueurs, on sait même pas ce qui leur reste d’humains. Quand je dis qu’il ressemble à un fantôme, il se déplace pas au milieu de la foule, il la traverse. J’ai l’impression qu’il ne fait attention à personne et personne ne fait attention à lui.

Casper, haha, je me marre tout seul c’est le premier truc qui m’est venu, ça m’a trop fait penser à ce bouquin que je  lisais quand j’étais gognole. Un illustré que j’avais du carotter je me rappelle même plus comment, ça n'avait de valeur que pour moi mais je le gardais comme un précieux …

Enfin je sais bien que j’ai rien à craindre mais quand même ils font flipper.  Rien que cette voix là franchement, je sais bien que ce n’est pas sa voix mais bon … .

En plus il n’a pas l’air très loquasse, l’inverse m’aurait surpris.

On va essayer de communiquer :
- sinon je sais que les chroniqueurs sont réglos, mais j’y gagne quoi à vous rendre service. Et pi si vous savez ce que j’aurais à faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 42
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Chroniqueur
Rang: Agent
Résumé:
avatar
Chroniqueur
Chroniqueur
Le duo quelque peu insolite marcha en direction du Technocentre. Qu'un Chroniqueur ne soit pas loquace n'était peut-être pas une surprise, mais ce n'était pas non plus une règle générale. Certains tenaient plus de l'âme de guignol et d'autres s'investissaient d'une mission terrestre sans précédent. Libertalia était surtout née dans une autre dimension. Son primal handicap l'avait mise de côté relativement vite et elle n'avait jamais su s'adapter à 100%. Il fallait reconnaître qu'en prime, elle ne s'y efforçait pas beaucoup. Avec les Chroniqueurs, elle se sentait plus à l'aise, mais les autres...

Quand le Ferrailleur reprit, Libertalia soupira intérieurement. Quoi encore ? Pourquoi fallait-il toujours qu'il y ait une explication ? Elle avait pourtant été claire, non ? Artefact. Important. Utile. Trouver. Rentrer avec. Victoire. Et puis, qu'insinuait-il ? Qu'en plus de le gratifier d'une sortie pour une mission importante, il faudrait l'y offrir une grasse récompense ?

Libby tourna lentement la tête vers lui, son regard fantomatique et statique rencontrant celui du Ferrailleur.

– Tu y gagnes l'honneur de participer.

Non, mais sans blague. On parle d'artefact important, a-t-il seulement écouté l'enfant capricieux impatient ? Parce que la patience envers les autres êtres humains était clairement amoindrie comparée à celle face aux ordinateurs, la Chroniqueuse joua d'un humour particulier. Le sien. Elle stoppa sa marche et se retourna complètement vers lui en levant les bras, prête à compter sur ses doigts.

– Récupérer Spitaliers. Escorter nous jusqu'à artefact super powerful. Nous rentrer indemnes avec victoire. Avenir progressif. Okie dokie ?

Elle referma tous ses doigts pour présenter ses pouces. Normalement, ça ne devrait pas être compliqué à comprendre. Quand même ! Le pauvre Ferrailleur n'avait pas eu son jour de chance en tombant sur l'associale de service.

– Mais si tu n'es pas inspiré, ce n'est pas grave, j'irai tout seul.

Et sur ses derniers mots, elle tourna les talons pour reprendre sa marche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sunsetkindaorange.com
Messages : 8
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Ferrailleur
Rang: Blaireau
Résumé:
Ferrailleur
Ferrailleur
Non mais franchement y a bien que les chroniqueurs qui bossent pour la gloire. T'inquiètes, j'ai l'habitude de gérer si y a rien à gagner je me servirais tout seul.

Et l'aut' genre,il me parle comme à un teube.

- C'est bon chuis pas débile. Puis c'est pas comme si j'avais aut' chose à faire en ce moment de toute façon.

Je dois avouer que cela commence à titiller ma curiosité artefact super powerful, venant de la part d'un chroniqueur cela devrait être … pas mal, quoi ? En plus, la forteresse même si c'est pas ma destination de rêve, parce que pour y accéder faut montrer patte blanche et que je suis loin de les avoir les pattes blanches. J'me dis que c'est l'occasion ou jamais.

Du coup je me contente de tracer derrière.

Et d'un coup ça m'a sauté à la tronche, à force de la regarder bouger.

-Hé, mais en fait t'es une fille ? Non pasque avec ta voix bizarroïde, j'ai cru que t'étais un mec !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 42
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Chroniqueur
Rang: Agent
Résumé:
avatar
Chroniqueur
Chroniqueur
Comme si elle pouvait deviner précisément où il se trouvait, Libertalia tourna les yeux vers lui d'un air suspicieux... Même s'il ne pouvait remarquer son expression. C'était parfois contraignant, mais c'était toujours mieux que s'il voyait son véritable visage. Décharné, maigrichon et lunaire. Elle ne se connaissait pas elle-même, aussi avait-elle refusé qu'on la connaisse mieux qu'elle ne s'imaginait. Qui plus est, sans son masque, elle se sentait complètement nue, désorientée, paradoxalement dans un immense trou noir sans fond ni plafond, sans murs ni cloisons. Même ses cheveux mal coiffés étaient retenus par une minuscule queue de cheval, coincée contre sa nuque dans sa capuche.

Si elle s'était doutée que le Ferrailleur serait à ce point curieux à son propos, elle l'aurait menacé de l'énucléer et de marcher devant. Les Chroniqueurs n'avaient jamais été à l'aise avec le regard des autres, pas plus que leur toucher. Et même, plus que du malaise, c'était d'autant plus le fait qu'ils s'en désintéressaient. Que les autres puissent y porter de l'intérêt leur paraissait tellement inutile... Libby ne sut ce que le Ferrailleur avait bien pu voir/remarquer, mais elle ne cilla pas. Son pas ne ralentit pas et elle ne montra aucun signe d'étonnement.

"Quand bien même ce serait le cas, qu'est-ce que ça changerait ?"

Ce pauvre Tran Kil s'ennuierait probablement très ferme le temps de rejoindre les Spitaliers. Et encore, il savait ce qu'il avait maintenant, mais allez savoir ce qui l'attendait à l'hôpital de Justicienne. Libby espérait surtout que le Ferrailleur ne tente rien en ce qui la concernait. Parler n'était pas son jeu préféré, entretenir la conversation d'autant moins. Mais elle savait aussi que les Chroniqueurs inspiraient éventuellement des moqueries de par leur caractère rigide, froid et distant. D'une voix déjà lassée et potentiellement morne, elle soupira :

"Concentre-toi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sunsetkindaorange.com
Messages : 8
Points d'XP : 0

Personnage
Culte: Ferrailleur
Rang: Blaireau
Résumé:
Ferrailleur
Ferrailleur
- Ok fin de la conversation si je comprends bien.

Effectivement ça change que dalle, rien à fout’ fille ou gars. J’ai croisé des filles plus costaudes que certains gars, ça c’est sur. Dans la rue, elles doivent être 2 fois plus vigilantes que nous.
Nous continuions à traverser la foule. Mon regard vagabonde parmi elle, croisant d’un coup d’œil, les personnes qui nous entourent.

Je ne m’habituerais jamais vraiment à celle-ci. Ça me soule, il faut toujours être sur le qui vive en permanence. Tu sais jamais ce qui peut arriver.

Après l’avantage c’est que quand tu as appris comme moi à vivre au milieu d’elle, tu peux largement en tirer parti. La foule m’a permis de survivre, si t’es débrouillard bien sur.

Dommage que j’ai pas le temps, parce que je vois quelques gars que je pourrais délester facilement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Tran Kil/Libertalia] And so, it begins
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Paret Petroleum Begins Geological Survey For Hydrocarbons in Haiti
» Armée démon best of show peinture Throne Of Skulls
» L' armée d' orks d' Attila (WIP)
» Gurka.........
» Le début d'une ... d'une quoi? [FT.Theo newey - Eudoxie Tran]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D3GENESIS :: TERRA D3GENESIS :: Justicienne-